Partenaires

LTHE



Rechercher

Accueil du site > Animation scientifique > Séminaires 2013 > Me. 19 juin 14h - Soutenance de thèse de Gérémy Panthou - Maison Jean Kuntzman

Me. 19 juin 14h - Soutenance de thèse de Gérémy Panthou - Maison Jean Kuntzman

Analyse des extrêmes pluviométriques en Afrique de l’Ouest et de leur évolution au cours des 60 dernières années

par Molinie - 31 mai 2013

En Afrique de l’Ouest, la diminution brutale de la pluviométrie depuis les années 1970 s’est produite en concomitance avec une augmentation des dommages liés aux inondations. Si une accentuation de la vulnérabilité des populations est indéniable, la question d’une évolution de l’aléa pluviométrique en particulier des pluies les plus intenses reste posée - notamment dans un contexte où le réchauffement climatique devrait s’accompagner d’une intensification du cycle hydrologique globale.

Cette thèse s’attache à améliorer nos connaissances sur le régime des pluies extrêmes en Afrique de l’Ouest sous-documenté à l’heure actuelle dans les sciences du climat et de l’hydrologie opérationnelle. Le travail s’articule autour de trois objectifs : (i) fournir une vision régionale intégrée de l’organisation spatiale des extrêmes, (ii) étudier l’évolution du régime des précipitations extrêmes en lien avec la variabilité décennale des cumuls pluviométriques annuels, (iii) caractériser les extrêmes pluviométriques en produisant des cartes d’aléa pluviométrique et en étudiant les liens d’échelles entre les extrêmes de pluie à différentes résolutions spatio-temporelles.

On se base ici sur les données journalières des réseaux nationaux disponibles depuis les années 1950 sur l’Afrique de l’Ouest et actualisées sur le Sahel Central jusqu’en 2010 ; les données de précipitation à haute résolution disponibles depuis 1990 sur l’observatoire AMMA-CATCH Niger.

Les modèles statistiques classiques issus de la théorie des valeurs extrêmes, ont été adaptés pour incorporer des covariables représentant des non-stationnarités spatiales et temporelles dans les pluies extrêmes. On montre la grande robustesse de ces modèles pour estimer les quantiles rares et détecter les tendances régionales dans les séries d’extrêmes. Le cadre théorique des fractales a été utilisé pour modéliser les relations d’échelles spatio-temporelles. On montre ainsi qu’une représentation de type “simple scaling” (invariance d’échelle simple) permet de d’écrire de manière très satisfaisante ces relations pour des pas de temps allant de 1 à 24 heures.

Les résultats climatologiques confirment que la sècheresse de la fin du XXe siècle a été avant tout associée à une baisse de l’occurrence des précipitations, leur intensité demeurant relativement inchangée. On note en revanche un comportement singulier sur la dernière décennie durant laquelle un déficit persistant d’occurrence est compensé par une intensification des précipitations qui explique un retour vers une meilleure pluviométrie annuelle, associée cependant à des extrêmes plus marqués et donc porteurs de risque hydrologique.

Mots clés : Extrêmes pluviométriques, Afrique de l’Ouest, intensification du cycle de l’eau, carte d’aléa, courbes IDSF.

Dans la même rubrique :