Partenaires

LTHE



Rechercher

Accueil du site > Animation scientifique > Séminaires 2011 > Ve. 21/01 - 11h, soutenance de thèse de Davide Ceresetti, salle de conférence, LGGE

Ve. 21/01 - 11h, soutenance de thèse de Davide Ceresetti, salle de conférence, LGGE

Structure spatio-temporelle des fortes précipitations : application à la région Cévennes-Vivarais

par Benoit Hingray - 14 janvier 2011

Ce travail de thèse concerne la caractérisation de la structure spatio-temporelle des fortes précipitations dans la région Cévennes-Vivarais. La région est soumise à des événements de pluie catastrophiques dont la magnitude gouverne les conséquences à différentes échelles de temps et d’espace. La détermination de la probabilité d’occurrence des orages est problématique à cause du caractère extrême des ces événements, de leur dimension spatio-temporelle et du manque de données pluviométriques aux échelles d’intérêt. Nous proposons d’adopter des approches d’invariance d’échelles afin d’estimer la fréquence d’occurrence de ces événements. Ces approches permettent d’extrapoler la distribution de la pluie à haute résolution à partir de données d’intensité pluvieuse à plus faible résolution. La paramétrisation de ces modèles étant fortement dépendante de l’incertitude de la mesure, nous avons d’abord caractérisé l’erreur commise dans la mesure de la pluie par un réseau de pluviomètres à augets. Nous avons ensuite exploré le comportement des pluies extrêmes dans la région d’étude, identifiant les gammes d’invariance d’échelles des extrêmes. Dans cette gamme d’échelles, nous présentons un modèle régional Intensité-Durée-Fréquence qui prend en considération l’hétérogénéité spatiale des extrêmes dans la région. Étant donné que le réseau pluviométrique ne permet pas de détecter les propriétés d’invariance d’échelle spatiale des champs de pluie, nous avons adopté une méthode semi-empirique pour modéliser des intensités de pluie intégrés sur des surfaces données (pluie surfacique) sur la base du concept de la mise en échelle dynamique (« dynamic scaling »). Cette modélisation permet la construction d’un modèle régional Intensité-Durée-Fréquence-Surface. Enfin, nous avons appliqué ce modèle à la construction des diagrammes de sévérité pour trois événements marquants en région Cévennes-Vivarais, afin d’identifier les échelles spatio-temporelles critiques pour chaque événement. Grâce aux diagrammes de sévérité, nous avons pu évaluer, pour ces mêmes événements, la performance d’un modèle météorologique de méso-échelle.

Mots-clés : pluie, invariance d’échelle, pluviomètres, géostatistique, extremes, crues-éclair

Dans la même rubrique :