Partenaires

LTHE



Rechercher

Accueil du site > Animation scientifique > Séminaires 2007 > 13/12 - Séminaire de Hugues Brenot

13/12 - Séminaire de Hugues Brenot

par Thierry Pellarin - 23 octobre 2007

Une bonne description du champ d’humidité à méso-échelle est cruciale pour le succès de la prévision des pluies intenses. Il est de première importance que les conditions initiales des modèles contiennent les caractéristiques clefs associées aux développements des systèmes convectifs, comme les flux d’humidité de basses couches en provenance de la Méditerranée lors des événements de pluies intenses de la région du Sud-Est français.
 
L’assimilation des observations des Systèmes Globaux de Navigation par Satellites (GNSS, GPS & Galileo) a fait ses preuves avec près de 50% d’amélioration des scores des modèles de prévisions atmosphériques opérationnels. Les mesures GNSS de délais sont équivalentes aux autres techniques d’observations, cependant la méthode GNSS se distingue par son faible coût et la qualité de la résolution temporelle et spatiale de ses observations. Le retard de délai à travers l’atmosphère neutre au zénith des sites (ZTD) permet d’estimer le contenu intégré en vapeur d’eau (IWV), en association avec la pression et température de surface. Les mesures de ZTD sont plus adaptées pour contribuer aux modèles de prévisions que IWV, notamment car une contribution non-négligeable des hydrométéores est présente lors de situations de pluies intenses. La variation de la réfractivité atmosphérique qui provoque les délais des ondes GNSS dépend de la masse de matière soumise aux conditions thermodynamiques de l’atmosphère et de la fréquence des signaux radio GNSS.
 
 Trois points vont être abordés lors de cette présentation :
 
- La validation et mise à jour d’un modèle théorique de la formulation de la réfractivité atmosphérique en réponse aux signaux (micro-onde) GNSS.
 
- L’Amélioration de la compréhension des mécanismes atmosphériques : validation de modèle de prévisions (travaux au sein de l’OHM-CV sur le potentiel météorologique des GNSS) et distinction de différents cas de pluies intenses grâce aux seuls délais zénithaux et gradients horizontaux de délais observés.
 
- La compréhension des schémas de situations afin d’établir, en s’appuyant sur un réseau dense de stations GNSS, un système d’alerte temps-réel de l’activité troposphérique basé sur les doubles différences de phases observées par GNSS.